Droit du travail en France

En France, le but du droit du travail est de rétablir l’équilibre entre le salarié et l’employeur. En effet, le salarié ayant besoin de revenus pour vivre, la relation contractuelle entre le salarié et l’employeur est largement favorable à l’employeur. Le droit du travail est donc un droit partisan. Par définition, Le droit du travail en France est une branche du droit social qui régit les relations nées d’un contrat de travail entre les employeurs et les salariés. En France, ces relations sont caractérisées par l’existence d’un lien de subordination juridique des salariés à leurs employeurs. Dès lors, le droit du travail a pour objet d’encadrer cette subordination et de limiter le déséquilibre entre les parties au contrat de travail. Les règles du droit du travail ne s’appliquent pas aux agents titulaires et contractuels de droit public, et aux travailleurs indépendants.

Le droit du travail comporte certains enjeux politiques, économiques et sociaux. En déterminant les conditions d’emploi actuelles des salariés, le droit du travail exerce une influence sur le marché de l’emploi présent et à venir. Il exerce également une influence sur la compétitivité économique des entreprises et de l’économie nationale. La problématique d’une réforme du droit du travail, de son éventualité et de ses modalités suscite de nombreux débats.

Il est possible de définir le droit du travail (  » français  » ) comme « l’ensemble des règles juridiques applicables aux relations individuelles et collectives qui naissent entre les employeurs privés et ceux qui travaillent sous leur autorité moyennant une rémunération appelée salaire ».

Le droit du travail ne s’applique qu’aux salariés du secteur privé. Ce sont ceux qui perçoivent un salaire dans le cadre de l’exécution d’un contrat de travail. Ils se placent sous la subordination du chef d’entreprise qui acquiert le droit de donner des ordres, d’en contrôler l’exécution et de sanctionner disciplinairement les manquements.

Le droit du travail est parfois improprement nommé droit social. Cette seconde discipline est plus large, puisqu’elle englobe non seulement le droit du travail mais aussi le droit de la protection sociale.

Sont donc exclus du droit du travail subordonné :

  • les artisans, commerçants, professions libérales et autres travailleurs indépendants ;
  • les fonctionnaires, statutaires ou contractuels de droit public (couverts par un statut de droit public).